Imprimer

Commission permanente du 18 septembre 2008

Afin d’améliorer les compétences en langues étrangères des élèves de BTS issus de baccalauréat professionnel, la Région Ile-de-France lance un nouveau dispositif :
« Passeport langues vivantes pour le BTS ».

Dans les 3 académies d’Ile-de-France, environ 3 000 élèves titulaires du Bac Pro entrent en BTS chaque année. En soutenant ces élèves dans leur démarche de réussite, la Région témoigne de sa volonté d’élever le niveau de formation des lycéens d’Ile-de-France.

Afin de promouvoir l’égalité des chances d’élèves qui dans leur grande majorité sont issus de milieux modestes, ce nouveau dispositif vise à favoriser la maîtrise des langues des élèves titulaires du Bac Pro qui poursuivent leurs études en BTS. Il s’agit de leur permettre d’effectuer un séjour d’immersion à l’étranger, de les faire progresser en langues mais aussi de vivre une expérience internationale. Ce dernier aspect n’est pas moins important que le premier : l’ouverture internationale conduit à élargir les repères, les modes de pensée et de vie.

Public bénéficiaire :

La formation : un séjour de 2 semaines en immersion en Angleterre, Espagne, ou Allemagne, avec des heures de cours le matin sur un campus international.

Hébergement : les étudiants seront hébergés soit dans des familles d’accueil soit dans des chambres universitaires sur les campus.

La Région prévoit d’y investir 400 000 € pour l’année 2008.

Depuis plusieurs années, la Région s’est fortement engagée dans une action volontariste pour faciliter l’apprentissage des langues vivantes étrangères, au travers de sa politique d’équipement des lycées, via les laboratoires numériques de langues notamment.

Sans toutefois se substituer au rôle de l’État qui reste bien entendu en charge de l’enseignement des langues, le Schéma propose d’aller plus loin :

« De l’avis des enseignants, le séjour d’immersion à l’étranger constitue un facteur de réussite essentiel pour améliorer les compétences linguistiques des élèves. Étant donné leur coût prohibitif, les voyages linguistiques ne sont accessibles qu’à un tout petit nombre d’élèves, ce qui constitue un facteur discriminatoire. Dans un souci d’équité, la région définira une politique active et volontariste dans ce domaine. Elle engagera une réflexion sur la prise en charge d’une aide aux séjours linguistiques des lycéens ».

Les jeunes bacheliers professionnels qui poursuivent leurs études en BTS constituent un public particulièrement pertinent pour une action en faveur de la maîtrise des langues dont l’objectif est à la fois d’encourager les élèves les moins favorisés et d’élever le niveau de formation des jeunes franciliens.