Notre ville est l’objet depuis quelques semaines d’une publicité dont les Nanterriens ne pourront tirer aucune fierté collective.

La cause : la politique judiciaire et pénitentiaire du gouvernement actuel.

D’un côté, les mouvements des personnels de la prison de Nanterre ; de l’autre l’attitude très conciliante de Philippe COURROYE, procureur de Nanterre, qui a une façon bien à lui d’instruire les affaires des Hauts-de-Seine.

Le point commun de ces deux sujets ? La conduite peu scrupuleuse de la politique judiciaire du Président de la République.

Ainsi, alors que la France est classée 37ème sur 44 pays pour la faiblesse de son budget dédié à la Justice, celui-ci reste non seulement cruellement et ridiculement bas mais les moyens humains des prisons et instances judiciaires sont en passe de diminuer. En témoignent les prévisions de réduction du nombre de greffiers dès 2009 et de magistrats à partir de 2010. Dans ce contexte, les décisions de justice et les conditions de détention se dégradent, suscitant l’exaspération des personnels qui y travaillent ainsi que la détresse de détenus dont certains se sont suicidés et fragilisant encore notre société.

Parallèlement, le Président de la République continue de conduire la Nation selon sa méthode favorite, faite de copinage et de maintien des privilèges de ses amis, contrastant avec sa manière méprisante de considérer le reste du monde : fonctionnaires, journalistes, salariés du privé en grève, ouvriers en détresse économique et sociale... Ainsi, Le Canard Enchaîné du 29 avril nous apprend que Nicolas SARKOZY a tenu à remettre lui-même les insignes de l’ordre du mérite à Philippe COURROYE. Ce dernier, procureur de Nanterre est chargé notamment de dossiers sensibles regardant les Hauts-de-Seine. Il s’agit du même procureur qui, il y a à peine quelques jours a tenu à organiser un dîner entre Jean Charles NAOURI (patron du groupe Casino qui a un litige de plusieurs millions d’euros en cours avec la famille BAUD), son avocat Me Paul LOMBARD et Patrick HEFNER en charge des affaires économiques et financières de la préfecture de police et, accessoirement, du dossier de JC NAOURI…Un mélange des genres pour le moins malsain mais récompensé par N. SARKOZY.

Pour ajouter à ce tableau déprimant et révoltant, mercredi soir, Rama YADE était l’invitée de Samuel Etienne, dans Questions de génération sur France 4. Secrétaire d’Etat chargée des Affaires étrangères et des Droits de l’Homme, elle est interrogée par des lycéens. L’un d’eux la questionne sur sa position quant aux conditions de détention des prisonniers en France au vu de sa mission de défense des droits de l’homme. Réponse de l’intéressée : « ce n’est pas moi qui ai défini mon secrétariat [qui] est diplomatique. Je n’ai pas compétence pour les droits de l’homme en France »…

Le comble du cynisme pour l’élue UMP de Colombes qui a refusé de figurer sur les listes pour les élections européennes, alors que cet échelon est particulièrement pertinent en matière de droits de l’homme, et que cela ne l’empêche pas de briguer une investiture régionale (cherchez la cohérence !).

Mais qui est aux commandes en matière de droits de l’homme en France alors ?… et donc de leur non respect dans les prisons ? Ha, oui ! Rachida DATI, Ministre de la Justice… qui, elle, a accepté d’être sur les listes UMP pour les élections européennes…Nul doute que son programme européen en faveur des droits de l’homme sera au moins à la hauteur de son intérêt pour le respect de la dignité humaine dans les prisons françaises!

 

{highslide}photosite/prison_nanterre.jpg{/highslide}

(cliquez sur l'image pour l'agrandir, puis sur la flèche en bas à droite)
   
© PSNanterre