De la prise de conscience des réalités internationales à l'engagement local, le parcours d'Habiba Bigdade est un parcours militant complet... et prometteur
L'engagement d'Habiba Bigdade, élue de la ville de Nanterre, prend sa source très tôt. D'abord très intéressée par la marche du monde, la jeune Habiba, née en 1977, se passionne dès le collège pour l'aventure de Médecins du Monde et l'action humanitaire. Une manière, pense-t-elle, de faire changer les choses dans un sens plus juste, plus conforme à ses aspirations politiques naissantes. La solidarité internationale est une clé des ressorts de l'investissement militant d'Habiba qui cherche, très tôt, à partir en mission à l'étranger. Elle aimerait partir travailler en Palestine. Finalement, c'est au Liban qu'elle se rend et donne des cours à de jeunes enfants. Par la suite, dans le même esprit, Habiba se rend au Sénégal. Habituée à solliciter l'aide des pouvoirs publics, elle est aussi sympathisante PS. Lorsqu'elle est au collège, un élu de la ville, membre du PS, vient expliquer le rôle des élus en démocratie aux élèves. Habiba écoute, attentive. Peu à peu, elle se rend aux réunions du PS local, côtoie ses élus et militants.
Habiba, militante associative, a aussi un but ambitieux et simple à la fois : changer le monde. C'est finalement ce qui fait le sens de l'engagement socialiste. Et, pour la future élue, on ne change les choses que si l'on s'attaque aux problèmes à la source. Il faut donc agir politiquement. Dès lors, Habiba Bigdade devient militante politique et militante associative. L'un n'est pas exclusif de l'autre, au contraire. Son engagement est fermement laïque et républicain. Habiba réprouve toute tentative d'essentialisation, d'assignation à résidence communautaire, ses choix sont ceux d'une citoyenne. La Ligue des droits de l'homme est, à Nanterre, le lieu désigné pour mener son combat républicain. Elle devient trésorière puis présidente de la LDH de la ville. En 2008, à la demande de ses camarades, elle est élue au Conseil municipal.
D'abord citoyenne
Elue municipale, Habiba Bigdade prend soin de ne pas oublier qu'un élu vit parmi la population, il ne s'en extrait pas. Chargée d'animer son conseil de quartier, elle s'efforce de rappeler que les élus sont aussi des habitants, qu'ils ont simplement reçu un mandat de leurs administrés et qu'ils demeurent des citoyens. Habiba Bigdade croit à la démocratie participative mais ne l'oppose pas à la démocratie représentative. Elue sur un projet, un programme, une équipe municipale doit, selon elle, ouvrir la discussion sur des aspects ou des projets nouveaux, quand les choses n'ont pas déjà été votées. Aujourd'hui élue à l'intercommunalité Nanterre-Suresnes-Rueil-Malmaison, Habiba Bigdade y détient la délégation du stationnement et de la circulation. Très active dans son quartier, elle suit, un par un, tous les projets le concernant. Elle a grandi et vit à Nanterre. Professionnelle du secteur hospitalier en poste à Pontoise, elle a donc une vie très remplie.
Récemment, Habiba a été élue à la tête de la Fédération des Hauts-de-Seine de la Ligue des droits de l'homme. Son engagement associatif passe concrètement par la mobilisation pour les enfants et les travailleurs sans papiers ou encore les conditions d'accueil des étrangers à la préfecture de Nanterre ou les sous-préfectures. Ce chemin, entre politique et monde associatif, est un. Habiba Bigdade est militante associative, militante politique et élue mais, insiste-t-elle, elle est d'abord une citoyenne avec des idées qu'elle confronte à la réalité, une réalité qu'elle s'efforce de changer. Souvent, la vie politique demande du courage. Habiba n'en manque pas. Un atout pour l'avenir.
Gaël Brustier
   
© PSNanterre