Le logement au coeur de nos préoccupations

 

Le logement est avec l’emploi au cœur des préoccupations de la majorité des Français et en particulier celles des franciliens. Malgré la politique volontariste que nous menons pour développer notamment le logement social, Nanterre n’est pas épargnée

Lutter contre la pénurie et le mal logement sont donc très logiquement des priorités gouvernementales. Ces sujets seront de nouveau au cœur des débats parlementaires dans le cadre du volet logement du projet de loi «Egalité et citoyenneté» avec le triptyque suivant:

  • Moderniser la politique d’attribution,
  • revoir la politique dans le parc social pour diversifier l’occupation des immeubles,
  • construire des logements sociaux dans les communes défaillantes.

Dans ce département la spéculation immobilière a pris le pas sur la production de logements sociaux. Nanterre compte 54 % de logements sociaux sur son territoire.

Nos besoins restent importants plus de 8000 personnes sont en attente. Notre objectif est de diversifier l’offre en proposant des logements en accession sociale.

Nous connaissons les difficultés que génèrent le mal logement: stress, fatigue, troubles du sommeil et troubles de l’attention en classe pour les enfants. Aussi, nous nous battons pour que chacun puisse avoir un logement de qualité et adapté à ses besoins.

 

Nanterre veut continuer à construire du logement social à hauteur de 40 % dans les nouveaux programmes. La décision totalement irresponsable de la nouvelle majorité les Républicains (LR) n’est pas faite pour nous faciliter la tâche.

En effet, alors que l’on recense 600 000 demandeurs de logement en Ile de France et que 70 % de franciliens sont éligibles à ce type d’habitat, les conseillers régionaux (LR) proposent de supprimer le financement de logements très sociaux (PLAI) dans les villes qui en comptent déjà plus de 30 %.

La région considère que le seuil des 30 % est un plafond et non pas un plancher.

Si nous partageons l’objectif recherché qui consiste à parvenir à une plus grande mixité sur tous les territoires, nous contestons avec vigueur la méthode et les moyens utilisés.

Déjà malmenée par les décisions départementales du même acabit, Nanterre paye au prix fort sa politique volontariste.

De plus notre politique d’attribution municipale doit être plus transparente, plus efficace et plus fluide:

  • Au niveau de l’office municipal, la mise en place un nouveau barème construit sur des critères tenant compte des souhaits des locataires en matière de parcours résidentiel et de la composition familiale. Il favorise également sous certaines conditions l’échange de logements entre locataires de l’office municipal.
  • Au niveau du service du logement de la ville, les demandes sont classées par ancienneté. La ville doit impérativement améliorer sa relation avec les demandeurs de logement. Le manque de visibilité sur les demandes est source de crispation entre les services et les demandeurs.

 

Il est indispensable de finaliser le système permettant à chacun de consulter en ligne de son dossier. Il s’agit d’un engagement de campagne, nous souhaitons qu’il devienne une réalité.

 

   
© PSNanterre