Approbation du Compte Administratif

Zacharia Ben Amar

Avant de vous dire quelques mots sur la manière dont a été exécuté le budget 2015, permettez-moi de revenir en arrière et plus précisément au 10 février 2015. Ce soir-là, ici même, nous avions débattu des orientations budgétaires 2015.  C’est toujours intéressant de mettre en perspective les propos tenus.

De manière grandiloquente, j’imagine que vous vous en souvenez, Monsieur le Maire et surtout le Maire adjoint au Finance nous avait annoncé un «électro choc budgétaire», notre projet municipal allait être mis en péril terrassé par une disette budgétaire imposée par l’état, Bref plus rien ne serait comme avant ……

Force d’une surenchère verbale, il nous avait été décrit une situation toujours plus catastrophique. "D’ailleurs cela fait maintenant 10 ans qu’on a le même discours sur la situation budgétaire de la ville."

Face à cette fébrilité et à cette posture démesurément alarmiste, nous avions, nous, élus socialistes, choisit de tenir un discours de vérité de courage et de sincérité car nous étions soucieux de ne pas affaiblir la parole publique.

En effet, prenons garde de ne pas habituer les Nanterriens à ce catastrophisme car le jour où la droite réclamera 100 milliards aux collectivités lors d’une éventuelle alternance il nous faudra rester crédibles aux yeux de nos concitoyens afin qu’ils ne nous retirent pas leur confiance.

Lucides et conscients devant les efforts qui étaient demandés à notre ville, nous avions considéré qu’ils n’étaient pas pour autant insurmontables. Jean Paul CIRET avait fait une intervention dans ce sens.

Plus qu’à un tsunami financier nous avions estimé que nous devions faire face à un changement de paradigme. Nous avions d’ailleurs convenu que l’effort demandé à notre ville était trop important au regard des caractéristiques de sa population c’est d’ailleurs pour cela que j’avais interpellé Marie-Lise Lebranchu.

Cependant nous avions estimé, que ce changement d’ère ne nous empêcherait pas de continuer à mener une politique juste et utile pour les Nanterriens.

Enfin nous avions également considéré, que ce changement allait nous obliger à faire évoluer nos politiques publiques, faire preuve d’audace et à mettre en place une démarche collaborative à l’égard de la population et du personnel.

 

Ce soir si je me suis permis de faire ce retour en arrière, ce n’est pas pour vous dire que nous avions raison……

Simplement pour rappeler à tous ceux, qui auraient tendance à l’oublier, qu’il faut conserver une foi indéfectible en l’avenir et aux incroyables ressources que nous pouvons tous déployer devant l’adversité.

Car in fine, si nous revenons aux chiffres présentés ce soir que ce soit dans le cadre du Compte Administratif ou de la gestion de la dette qui sera présentée tout à l’heure, nous pouvons considérer qu’au-delà d’avoir évité le pire nous avons su négocier le virage du changement avec dextérité.

Permettez-moi de nous féliciter d’avoir relevé ce défi sans altérer ce qui fait l’ADN de notre ville.

 

Cette adaptation au réel n’aurait pas été réussie sans la mobilisation de l’ensemble des agents municipaux qui ont laissé de côté leurs inquiétudes pour donner le meilleur d’eux même dans ce travail. Qu’ils en soient remerciés.

Sous la houlette de Lucien GIORGI que je tiens à saluer plus particulièrement pour son dernier conseil à nos côtés, ils sont devenus les acteurs incontournables de cette évolution.

Alors oui, ce Compte administratif porte les stigmates d’une année difficile, mais pas que ….

Oui, notre excédent est en diminution par rapport à celui de 2014 mais il est cependant d’un peu plus 4 millions d’euros.

Oui, la dotation globale de fonctionnement baisse de manière conséquente mais cependant, nos recettes augmentent de 6 % pour les raisons déjà évoquées mais aussi grâce au versement par l’état de 800 000 euros dans le cadre du PRUS.

Attendu et totalement justifié, cet effort significatif, consenti par l’état dans cette période de rigueur budgétaire, n’est-il pas la preuve du soutien du gouvernement à notre ville et à sa politique?

Appui, d’ailleurs, qui vient encore de se confirmer dans le cadre du fond de soutien à l’investissement public prévue dans la loi de finances 2016.

Notre ville, en effet, vient de se voir accorder une subvention de 1 145 000 Euros soit environ 14 % de l’enveloppe globale accordée pour le département des Hauts de Seine. C’est d’ailleurs la ville qui bénéficie de l’enveloppe la plus forte.

Comme nous sommes toujours très rapidement informés des mauvaises nouvelles je veux aussi partager les bonnes ! Ce CA porte également les premiers fruits de la gestion vertueuse dans laquelle notre ville s’est inscrite.

Une évolution de la masse salariale maitrisée sans que les services rendus à la population soient altérés et en préservant le développement constant de la ville.

Un taux de recette réalisée à plus de 99% qui atteste du suivi sérieux effectué par les services en la matière.

Enfin, ce CA fait état d’une réalisation d’investissement soutenue et ce dans tous les quartiers avec un montant environ de 360 euros par Nanterrien tout en conservant une charge stable de la dette.

Notre capacité de désendettement de la Ville reste à un niveau raisonnable sous la barre fatidique des 10 années.

Ne pas dégrader les indicateurs passe, nous le savons tous, par un emprunt raisonné et à fortiori un investissement mesuré.

Enfin, je ne voudrais pas finir mon intervention, sans nous satisfaire de l’annonce faite par le président de la république lors du congrès des maires qui consisterait à assouplir les contraintes budgétaires locales dans le cadre de la prochaine loi de finances.

La situation tendue que nous connaissons a été, ici même, tant de fois décriée, qu’il me semble important de nous réjouir ensemble de ce geste.

   
© PSNanterre