Vote du budget 2017

Intervention de Zacharia BEN AMAR

 

 C’est un budget d’un montant global de 349 millions d’euros qui vient de nous être présenté. Ce chiffre témoigne, malgré une réduction de ressource de 6 millions d’euros, de l’importance des moyens que nous sommes en mesure de consacrer au fonctionnement et à l’investissement de notre ville.

Avec environ 3400 euros par habitants, nous confirmons notre attachement à améliorer le quotidien des Nanterriens, notre volonté de préserver la qualité de nos services publics mais également notre souci de nous projeter dans l’avenir en investissant massivement.

Lors du débat d’orientation budgétaire nous avions voulu exprimer fortement nos préoccupations. Préoccupations qui se sont d’ailleurs matérialisées par une abstention. Ce dernier mois a été utilisé pour faire converger la majorité Municipale.

Ces échanges ont été constructifs nous sommes satisfaits que l’option du dialogue ait été choisie et non celle de l’entêtement. De la discussion et du débat jaillit toujours la lumière!

 

Nous avons durant ces discussions été rassurés sur trois points :

Le premier, selon moi, le plus important, malgré nos divergences d’approche de la situation financière, nous partageons la volonté commune de tenir fermement les engagements que nous avons pris ensemble en 2014 devant nos concitoyens.

Le deuxième, les préoccupations des Nanterriens, sources de nos inquiétudes, ne sont pas restées lettre morte.

Le troisième, Ce budget confirme que nous partageons la volonté de flécher d’important moyen en direction des secteurs que nous avons jugés prioritaires, à savoir : Le droit à la réussite de tous les enfants de Nanterre, la rénovation urbaine, sociale et écologique des quartiers les plus populaires et la Sécurité.

 

S’agissant de la réussite éducative de nos enfants, malgré les économies structurelles consenties ces dernières années, encore plus de 800 000 euros pour 2017, la politique Educative représente 34% du budget de fonctionnement. Cette priorité que représente l’Education doit être ressentie et vécue par l’ensemble de la communauté Educative.

Il s’agit du bien commun, de ce qui fait consensus par de là nos différences sur l’ensemble du territoire de la ville. Aujourd’hui l’engagement est pris que plus aucune économie sera grappillée sur ce secteur nous en sommes satisfaits. Nous resterons bien évidement vigilants pour que cet engagement soit tenu.

 

En matière de rénovation urbaine les sommes massives inscrites dans cet exercice budgétaire font foi de l’engagement que nous avons pris auprès des Nanterriens qui vivent dans ces quartiers.

 

S’agissant de la sécurité, la mise en place d’une brigade de lutte contre les incivilités à partir de septembre 2017 nous fait dire que nous cheminons dans le bon sens.

Cependant, sans vouloir préjuger de cette nouvelle organisation, cette proposition ne nous semble pas être en mesure de lutter efficacement contre les incivilités dénoncées par les nanterriens et semble insuffisante pour assurer un maillage territorial satisfaisant.

Notre réponse à ce fléau était plus ambitieuse. Elle consistait en :

  • la création d’un service de Police Municipale composé de 25 agents d’ici la fin du mandat et 10 tout de suite. De 14 ASVP aux pouvoirs étendus. L’idée étant de faire évoluer 18 agents de tranquillités publiques vers la police municipale et de concentrer les 15 agents de tranquillité restants sur les quartiers politiques de la Ville.
  • le rattachement de ce service à une structure clairement identifiée et la présence d’un guichet police municipale ouvert à la population.
  • la signature d’un protocole avec la police nationale à l’instar de ce qui a été pratiqué pour la mise en place du système de vidéo protection.

 

C’est avec une telle proposition que nous irions demain, si besoin, devant les Nanterriennes et les Nanterriens.

 

En complément à cette proposition, nous considérons que, pour que les Nanterriens puissent constater une véritable amélioration, un travail rapide doit être fait en direction des bailleurs sociaux. Notamment sur la question d’enlèvement des voitures ventouses, problème récurrent qui exaspère à juste titre nos concitoyens.

 

Par ailleurs il nous parait indispensable, que l’efficacité de cette nouvelle brigade soit évaluée. Pour que cette évaluation soit une véritable aide à la décision, nous demandons :

  • La mise en place d’indicateurs pertinents au regard des objectifs fixés à cette direction
  • La définition de critères qualitatifs et quantitatifs
  • La constitution d’un comité de suivi de cette évaluation

 

Pour finir sur ce sujet, même si nous sommes loin du compte nous estimons qu’un cap «idéologique» a été franchi et que le recrutement de 7 agents de police municipale à Nanterre constitue une véritable révolution qu’il faut savoir apprécier à sa juste valeur.

 

Le renforcement des priorités que nous venons d’évoquer, le maintien de services de qualités tout en conservant un endettement modéré, peuvent justifier, à ce moment du mandat, une augmentation de la fiscalité.

Bien que cette augmentation reste modérée puisque elle représentera une augmentation maximale de 22 euros par an pour la taxe d’habitation et de 35 euros par an pour le foncier bâti, elle n’en reste pas moins un effort supplémentaire que nous demandons à nos concitoyens.

Aussi, notre consentement est assorti de plusieurs exigences.

La première est que nous voulons que cette augmentation soit la dernière de ce mandat. Toutefois l’hypothétique victoire du candidat LR et l’application de ses propositions totalement démesurées à savoir diminuer la dépense publique de plus de 100 milliards d’euros pourrait nous contraindre à procéder à un réajustement.

 

La deuxième est que nous nous engagions inexorablement à adopter de véritables réformes structurelles afin de limiter et de circonscrire l’évolution de nos dépenses. L’objectif étant d’accroitre l’efficacité de nos politiques publiques et d’allouer au mieux les moyens aux services des Nanterriens.

 

En conclusion, et au regard tout ce qui vient d’être dit, les élus socialistes voteront ce budget mais en ayant l’exigence de poursuivre les efforts structurels engagés d’une part de préserver les efforts pour l’Education et la sécurité d’autre part. Nous sommes convaincus que c’est la seule façon de pouvoir relever les défis qui se présentent à nous.

 

   
© PSNanterre