Démocratie participative à Nanterre 

une mutation urgente est nécessaire

Les habitants n’attendent pas des bennes à ordure, ils veulent une ville propre ; ils n’attendent pas des rondes de médiateurs, ils veulent que la police agisse et peu importe qu’elle soit nationale ou municipale.

Ils ne réclament pas des immeubles de logements aux couleurs chatoyantes, ils veulent un lieu confortable et adapté à leur vie familiale, du travail, une bonne école pour leurs enfants.

Les habitants d’aujourd’hui analysent, comparent, contrôlent ce que promet ou réalise la municipalité. Face à cela, elle semble prise de court ; la circulation de l’information à la vitesse des réseaux sociaux, les communautés protéiformes se recomposant au gré des humeurs, tout concourt à transformer progressivement les citoyens certes en « consommateurs » mais surtout en « fabricants » de la ville.

Notre municipalité n’accompagne pas cette évolution et son fonctionnement reste trop vertical. Sous couvert de démocratie participative vantée à tous crins, nous ne parvenons pas à faire muter notre organisation ; sans un changement fort des personnes cette évolution vitale en marche partout dans le monde n’aura pas lieu à Nanterre ; cela n’est pas acceptable !

Les budgets participatifs que nous, socialistes, avons réclamés sont le premier étage de la fusée, mais ils sont très insuffisants ; nous ne pouvons pas en rester là.

Arrêtons ces réunions publiques à sens unique, haut-lieu d’autosatisfaction municipale. Nous devons créer des « city labs », des tiers lieux où les problèmes s’exposent à livre ouvert, où des solutions se construisent et où les élus viennent écouter.

Il nous faut la Station F de la citoyenneté à Nanterre pour tester, créer, lancer, se tromper et voir les citoyens créer la ville qu’ils souhaitent et non pas celle que veulent les élus ; c’est à ce prix que nous pourrons mobiliser nos enfants et les accompagner pour créer leur monde.

Notre politique pour la jeunesse basée sur l'assistance, concept datant du siècle dernier, sans perdre sa dimension sociale, doit laisser la place à un véritable accompagnement d’une jeunesse qui invente et se projette.

Une ville au cœur de la Métropole du Grand Paris, en forte croissance démographique, de bientôt 100 000 habitants, a les moyens de faire. Loin d’être un problème budgétaire, il s’agit avant tout de volonté politique ; le rôle des élus n’est plus d’imaginer dans leur coin et venir avec des solutions toutes faites devant les habitants mais bien de réaliser et assurer le succès des projets que souhaitent les habitants. Saisissons cette période de mi-mandat pour lancer cette mutation profonde et indispensable !

A l’aube de cette nouvelle année c’est le défi que nous lançons à nos collègues de la majorité municipale et le vœu que nous formulons pour Nanterre.

Au-delà de ces considérations, ce sont, avant tout, des vœux de bonheur de réussite et de plénitude que nous voulons adresser à chacun d’entre vous.

   
© PSNanterre