Tours Aillaud, pour une conférence de consensus.

 

La rénovation du quartier du parc sud et plus particulièrement celle des tours Aillaud suscite inquiétudes et oppositions au point de mobiliser quelques médias pourtant réputés être de gauche !

C’est pourtant un euphémisme que de dire que le quartier n’est pas réputé pour sa qualité de vie. Que les commerces qui occupent les pieds d’immeubles ne sont pas ce qui se fait de mieux. Que les immeubles ne vieillissent pas très bien et que le taux de refus lors d’une proposition de logement y est le plus élevé de tous les quartiers de Nanterre.

Et pourtant le projet de rénovation fait l’objet à ce jour d’une triple contestation : celle d’habitants craignant de devoir quitter leur domicile sans pouvoir se reloger avec un loyer identique, celle de militants qui s’indignent de ce que des logements sociaux puissent être détruits ou transformés en hôtel ou en bureaux, celle, enfin, des admirateurs de l’œuvre d’Emile Aillaud qui ne veulent pas que, sous couvert d’isolation thermique, l’aspect des tours soit profondément modifié.

SI ces inquiétudes s’expriment aujourd’hui et trouvent des relais médiatiques c’est sans doute  parce que le lien entre les objectifs annoncés et les moyens d’y parvenir ne semble pas pertinent pour une partie des habitants concernés.

Il faut alors prendre le temps de revenir aux sources afin d’établir un diagnostic de la situation le plus largement partagé. C’est une condition indispensable à l’acceptabilité d’un projet de rénovation urbaine. Dans le cas du Parc Sud il est encore temps d’y parvenir et les ateliers programmés doivent y concourir à condition que le résultat de leurs travaux soit largement partagé au fur et à mesure de leur avancement.

Mais, il faut aussi qu’un climat de confiance puisse s’établir et il ne peut l’être que si habitants, associations, commerçants et plus généralement tous les usagers du quartier ont l’assurance que le projet présenté n’est qu’un projet, qui pourra être modifié en fonction précisément du diagnostic partagé.

Pour faire bref, assurer que la consultation en cours n’est pas une simple campagne d’information mais bien un processus de travail en commun pour trouver les meilleures réponses aux questions posées.  

Enfin, ne pas se focaliser sur les tours Aillaud mais aborder tous les sujets concourant à la qualité de vie des usagers du quartier. Ceux de la circulation et du stationnement sont particulièrement déterminants. Comment en finir avec des parkings vides en grande partie ? Quelles nouvelles rues créer pour désengorger l’avenue Pablo Picasso seule véritable artère à desservir un quartier de plus de 13500 habitants ?

On peut d’ailleurs regretter qu’un schéma d’aménagement général n’ait pas été discuté avant même de s’intéresser à l’isolation des tours ou à leur transformation car plus encore que les tours c’est bien le fonctionnement général du quartier qui est en cause.

La Ville de Nanterre n’est pas seule concernée. Elle n’est pas propriétaire des terrains et ne peut à elle seule financer une opération d’une aussi grande ampleur. Les possibilités de relogement dépendent en partie de ce qui se fera sur le nouveau quartier des Groues. Cette complexité renforce bien entendu les inquiétudes. Au-delà des ateliers, des expositions et des réunions ponctuelles nous proposons que soit organisée une véritable conférence de consensus. Il s’agit tout simplement de réunir les représentants de toutes les parties concernés pour chacun comprenne la logique des autres afin d’aboutir à un langage commun. Au bout du compte le consensus n’est pas toujours assuré mais une telle démarche permet au moins d’éviter les faux procès et les faux débats et donc d’avancer ensuite plus sereinement.

 

 

 

   
© PSNanterre