Tribune Nanterre Info

Notre engagement pour l’emploi des Nanterriens entravé par l’Etat !

La direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE), service de l’Etat rattaché au ministère du travail de l’économie et des finances, a informé la Maison de l’emploi et de la formation de Nanterre (MEF) de sa décision de réduire de 13 % sa subvention soit une diminution de 43 000 € en 2018.

 Cette baisse est directement liée à une modification récente des critères de financement des missions locales opérée par l’Etat consistant à réduire le facteur socio-économique en faveur des résultats obtenus.

Ce qui, en clair, consiste à favoriser les territoires où les jeunes sont les plus diplômés donc a fortiori plus armés à trouver un emploi au détriment de l’accompagnement des jeunes issus des quartiers populaires aux parcours scolaires et professionnels plus difficiles.

Pour être encore plus explicite, les missions locales de Gennevilliers, Colombes et Nanterre, dont une partie importante de leurs territoires est en politique de la ville, ont vu leur subvention baisser. Seule la mission locale commune à Neuilly, Courbevoie, Puteaux, Levallois, Bois-Colombes et La Garenne-Colombes bénéficie d’une augmentation de 9 % par le biais de ces nouveaux critères « Comme d’habitude il pleut toujours là où c’est mouillé »!

Cette décision est inacceptable et inique !

Inacceptable car elle pénalise les territoires comme le nôtre où les jeunes ont le plus besoin de l’intervention des services public de l’emploi. De plus, cette décision est en contradiction totale avec le discours porté par le Président de la République et son gouvernement.

Inique, car elle pénalise davantage les villes qui portent la solidarité notamment en matière de logement d’hébergement d’urgence etc. Il est d’autant plus absurde de faire cela dans une ville dont 33 % du territoire est classé en politique de la ville.

Bien que l’emploi soit une compétence nationale la ville de Nanterre s’y engage ! En effet, nous investissons pour l’emploi des Nanterriens environ 1 200 000 € dont 740 000 € pour la MEF et ceci malgré un contexte budgétaire tendu,

Il ne se passe pas un mois sans que nous innovions dans l’objectif de créer du lien entre les demandeurs d’emploi Nanterrien et les entreprises Nanterrienne et au-delà de notre territoire.

L’U ARENA n’est plus !

L’U ARENA n’est plus ! Le conseil d’administration de l’établissement public local Paris la Défense (PLD) créé en janvier dernier en remplacement de l’Epadesa et de  Defacto en a décidé autrement. Ce stade multimodal s’appellera désormais Paris la Défense Aréna.

Ce contrat de partenariat de 30 M€ sur dix ans qui vient d’être entériné par un vote à l’unanimité moins une voix est l’aboutissement d’une tractation entre Patrick Devedjian Président du nouvel établissement et Jack Lorenzetti propriétaire du club de Rugby Racing 92 et de l’U ARENA. Le président du Racing Club  qui était à la recherche d’environ 8.5M€ peut être satisfait de cette nouvelle aide providentielle !

En effet, ces deux-là n’en sont pas à leur première transaction financière !

Sans le coup de pouce du Président Devedjian, avec sa casquette de Président du Conseil départemental, Jack Lorenzetti aurait eu beaucoup de mal à réaliser son rêve.

En effet, l’investissement de 160 M€ du département dans le cadre de l’installation de ses locaux dans des bureaux attenants à l’U ARENA a offert des garanties inespérées à cette opération financièrement fragile.

Jamais en mal d’arguments le président du département a justifié ce déménagement  par la nécessité de réduire les dépenses de fonctionnement sachant que l’ancien siège du Conseil départemental n’est toujours pas vendu.  Aujourd’hui Patrick Devedjian, avec sa casquette de Président de l’établissement Public local PLD, estime que de ce contrat de naming dépend la notoriété et l’attractivité de ce centre d’affaire.

   
© PSNanterre