Tribune Nanterre Info

Pour une société qui n’oublie pas ses aînés.

En cette période de rentrée scolaire où tous les regards sont portés vers notre jeunesse, nous avons choisi de mettre un coup de projecteur sur la situation de nos aînés.L’allongement de l'espérance de vie pose un défi majeur pour notre système de retraite, de santé et de protection sociale.

Vivre plus longtemps ouvre également le débat sur le droit de vieillir dignement avec toutes les questions éthiques que cela soulève. Nous devons réfléchir à une économie solidaire et sociale, la technologie appliquée à des causes humanistes.

Or les personnes âgées ne semblent pas être la cible prioritaire du Président de la République.

  Alors que le candidat Macron ne l’avait jamais évoqué, dès le début de sa présidence, les retraités, soit disant les plus aisés, ont subi une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). Faire partie des plus aisés ne signifie pas être riche mais simplement bénéficier d’une retraite décente qui très souvent leurs permet de devenir les premiers soutiens financiers de leurs enfants.

Les seniors sont également, les grands absents du Plan Pauvreté présenté le 13 septembre dernier.

Celui-ci en effet comprend prioritairement des mesures de prévention de la précarité en faveur des plus jeunes et des dispositifs d’accompagnement au retour à l’emploi. Ces mesures, certes indispensables, n’amélioreront pas le sort des 8 % de personnes âgées qui vivent sous le seuil de pauvreté.

A en croire les annonces, la revalorisation de leur retraite ne sera effective qu’en 2019 et sera bien inférieure à l’augmentation du coût de la vie.

 

Budget participatif : retour mitigé sur un engagement tenu.

 

Dès 2014 nous avons porté l’idée d’aller plus loin en matière de démocratie participative pour favoriser la vitalité citoyenne .A cet effet, nous avons, à plusieurs reprises, exprimé notre volonté de mettre en place des budgets participatifs.

 

Notre ténacité a porté ces fruits. En juin dernier, le dispositif est mis en œuvre. 45 projets ont été retenus et 500 000 euros y sera consacré sur le budget 2018.

Il s’agit d’un coup d’essai qui, comme toute nouveauté, doit faire l’objet d’une évaluation. Nous avons d’ores et déjà identifié 3 écueils

Le premier est la sous-représentation des habitants en tant que porteurs de projets (55 % portés par des associations 45 % portés par des habitants). Ces écarts sont plus significatifs dans le cadre des projets retenus (65% de projets associatifs et 35% de projets habitants). Cette disproportion confirme ce que nous avons, si souvent dit: Nos dispositifs de participations vivent trop en vase clos où souvent seuls les « initiés »ont droit de cité. On peut imaginer que pas assez informés et moins rompus à l’exercice, nombres de Nanterriens n’ont pas osé se lancer puis n’ont pas, au moment de l’instruction, fait le poids face à des associations  aguerries aux montages

de projet.e second concerne le format et l’envergure que nous avons choisi de donner à ce dispositif.

En faisant le choix de répartir de manière arithmétique et arbitraire une enveloppe identique à chaque conseil de quartier pour que les habitants proposent des projets et que d’autres en disposent, Ne sommes-nous pas loin de notre source d’inspiration: à savoir l’innovant concept né à Porto Alegre dans les années 90 ?

 

Le dernier écueil est celui du choix du calendrier.

Les étapes d’étude, de concertation et de validation des projets se sont déroulées entre mars et juin soit la période de l’année la plus chargée en festivités, en évènements et en jours de congés. C’est, le moins que l’on puisse dire, ne pas mettre toutes les chances de notre côté !

Pour pallier ces difficultés, nous proposons de faire évoluer le dispositif selon les axes suivants :

Sortir définitivement d’un fonctionnement trop vertical pour rentrer définitivement dans l’ère de la co-construction de projets par les habitants, les élus et les services de la Ville, permettant enfin aux Nanterriens d’être pleinement acteurs.

Abandonner la logique systématique d’une répartition financière par quartier afin de laisser place aux initiatives d’une plus grande envergure ayant une portée sur l’ensemble de la ville.

Enraciner durablement ces nouvelles dispositions dans le fonctionnement de notre municipalité permettant aux Nanterriens, désireux de prendre part à cette réflexion, de s’accaparer de ce nouveau dispositif. Cela exige une information plus large et un accompagnement adapté à tous.

Animés par une véritable volonté politique et faisant confiance en l’intelligence collective, nul doute que ce dispositif atteigne rapidement les effets escomptés. Comptez sur nous pour y participer activement !

Nous vous souhaitons une bonne rentrée !

 

   
© PSNanterre