Tribune Nanterre Info

Politique de la ville : Les nouvelles orientations

 

Nos quartiers ont besoin de l’intervention de l’état… qui pourraient être contre une telle évidence? Nous accueillons avec satisfaction la réforme de la politique de la ville avec la volonté affichée du gouvernement de rétablir l’égalité républicaine et de faire plus pour ceux qui ont le moins.

Elle a pour ambition de mettre fin à une décennie de réformes trop dispersées trop complexes ne permettant pas un ciblage précis des actions sur les territoires les plus vulnérables et d’en finir avec un saupoudrage financier dont l’efficacité n’est pas démontrée.  

 

L’enjeu essentiel de ce changement  consiste à redéfinir les critères et à construire un contrat unique qui intégrera, dans un réel projet de territoire, les politiques publiques d’emploi, d’éducation, de santé et de rénovation urbaine.

 

Placée sous la responsabilité du premier ministre et du comité interministériels, des villes (CIV) cette réforme se traduira à travers Cinq Engagements qui se déclineront dans les quartiers par des actions concrètes avec l’objectif de mobiliser les moyens des ministères pour un droit commun renforcé :

o       30% des emplois d’avenir issus des quartiers prioritaires,

o       offre de service renouvelée de Pôle Emploi,

o       présence renforcée de service civique,

o       renforcement de l’encadrement scolaire avec la scolarisation à 2 ans et plus de «maitres que de classe»,

o       mise en place des zones de sécurité prioritaires avec un volet préventif accru modifiant la relation police habitant,

o       poursuivre la rénovation et l’embellissement du cadre de vie, par le lancement dés 2014 d’une nouvelle génération de projets de rénovation urbaine,

Le conseil municipal du 12 février 2013, a débattu des orientations budgétaires de notre ville.

Ce budget se situe dans un contexte national et local transitoire. Le débat sur la péréquation en vue de favoriser l’égalité entre les territoires bat son plein. Bien que notre ville soit riche, 23 % de notre population vit sous le seuil de pauvreté!

Nous considérons que Nanterre ne doit pas contribuer à cet effort de solidarité à la même hauteur que Neuilly. Cependant, il est tout aussi anormal que Nanterre demande une exonération totale de cette contribution au même titre que la ville de Sevran. C’est une question de solidarité nationale!

Le groupe socialiste souhaite que le gouvernement trouve un mode de calcul le plus juste possible. Il serait plus équitable de tenir compte à la fois des richesses du territoire et du revenu par habitant.

   
© PSNanterre