Vie Municipale

 

  

Actualisation de la Stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance et du plan d’action pour la sécurité et la prévention de la délinquance dans le quartier du Parc

 

                                                                                                                              

Ce soir par l’actualisation de ces deux dispositifs, nous réaffirmons que la sécurité et la prévention de la délinquance sont au cœur des préoccupations de la majorité municipale. Loin des agitations et des discours alarmistes que nous laissons bien volontiers à la droite, nous avons fait le choix de travailler sérieusement, concrètement afin d’obtenir des résultats. C’est ce que les nanterriens nous demandent.

Ce soir nous formalisons un certains nombre de disposition et traduisons ainsi en acte nos engagements municipaux en la matière. De nouveaux outils seront utilisés à l’avenir à Nanterre, diversifiant ainsi notre panel d’intervention. Les socialistes s’en réjouissent.

Ces engagements, nous élus socialistes, nous les portons avec ténacité et clarté depuis longtemps. Lors de la campagne des municipales nous avions portés la vidéo surveillance. Dispositif que nous avons souhaité et défendu au sein de la majorité municipale.

Je veux également ce soir me satisfaire de la poursuite du travail collégial mené dans le cadre du STSPD et du plan d’action du quartier du Parc. Nous le savons, ce partenariat basé sur le respect mutuel des prérogatives de chacun, permet de coordonner les interventions et de les rendre plus efficaces. Permettez-moi de saluer le travail quotidien, parfois dans des conditions difficiles de tous ces acteurs.

Enfin, nous le savons tous, ces avancées, aussi positives soient elles, ne seront pas efficaces tant que les Nanterriens n’auront pas constaté que l’ensemble de ces actions de prévention ont des répercussions concrètes sur leur quotidien et qu’elles améliorent de manière tangibles leur qualité de vie.

Il faut par exemple très rapidement prendre des dispositions concernant les problèmes de stationnement autour des 2 marchés Pablo Picasso et Chemin de l’Ile, renforcer le rôle et le périmètre des ASVP.

Il faut également régler l’utilisation sauvage des parkings par exemple  celui des Champs-aux-melles dans le quartier du Parc évoquée depuis des années par les habitants. Il est incompréhensible alors que géré par l’office municipal nous mettions autant de temps à trouver une solution.

La GUP devrait nous permettre d’accélérer le processus.

Un pas supplémentaire est accompli par la Municipalité de Nanterre pour une amélioration de la vie quotidienne de nos concitoyens, il faudra maintenant être vigilant que nos bonnes intentions se traduisent bien dans les faits.

 

 

 

 Intervention de Zacharia Ben Amar

 

 

Sur le projet de décret fixant le périmètre et le siège d’un établissement public territorial composant la métropole du Grand Paris.

 

 

Dans le cadre de l’acte 3 de la décentralisation rouvert en 2012 par le gouvernement de Jean Marc Ayrault, le projet du Grand Paris a occupé très vite une place prépondérante.

Il faut dire que l’enjeu est colossal, il s’agit de construire une métropole attractive, solidaire et durable prête à s’imposer sur la scène internationale.

Au-delà de donner à la métropole une aura mondiale, ce projet métropolitain a deux raisons fondamentales d’exister :

La première est d’améliorer la vie des franciliens en répondant aux attentes des citoyens en matière de logements   de transport et d’emploi,

La deuxième consiste à développer une meilleure solidarité des territoires et réduire les inégalités territoriales en développant une meilleure solidarité.

Rappelons-nous que Les évènements de 2005 dit «les révoltes des banlieues» ont démontré au pays et même au monde que les injustices étaient insupportables pour les populations constamment reléguées de notre région.

Pour répondre à ces ambitieux objectifs, le projet initial de la loi MAPTAM prévoyait de simplifier de manière radicale la gouvernance francilienne. Il s’agissait de créer une métropole intégrée constituée de Paris et sa petite couronne en charge de la stratégie, de l’aménagement et du logement.

Si on pouvait espérer que de telles ambitions dépassent les clivages politiques, le sort réservé à ce projet de loi à toute suite démontré le contraire.

Cette proposition gouvernementale a été rapidement dynamitée par des barons locaux attachés à leur pré carré défendant un modèle de fédération souple d’intercommunalité.

Tous les conservatismes se sont réveillés, pour que rien ne bouge poussant des partis politiques que tout oppose à conclure à des moments des alliances d’opportunité.

Au nom de cette divergence, cette loi a été détricotée, votée, promulguée, puis de nouveau détricotée.

Au final, à coup d’amendements et de débats houleux, ce délicat processus décisionnel alternant compromis et  renoncements a abouti à la loi NOTRe du 7 aout 2015 confirmant la création de la Métropole du Grand Paris à minima.

Je dis à minima car à force de vouloir protéger leurs prérogatives, certains élus locaux ont renoncés à corriger profondément les fractures urbaines et économiques du territoire  et ont renoncés aussi  à alléger ce mille-feuille administratif.

In fine nos parlementaires, se sont accordés sur une métropole qui fonctionnera à partir de territoires dynamiques et structurés.

Ce sont ces territoires qui sont au cœur de notre débat de ce soir. 

En donnant notre avis sur la carte territoriale proposée par le Préfet de Région, nous accomplissons notre premier acte politique métropolitain.

Le second consistera en décembre à élire 15 conseillers territoriaux dont 2 conseillers métropolitain. Ces derniers représenteront notre ville et les nanterriens, ils porteront la lourde responsabilité de défendre les intérêts de la ville et de ses habitants.

Il s’agit d’une nouvelle période qui s’ouvre à nous, pour la métropole, pour Nanterre et les nanterriens.

Nanterre a toujours su prendre les bon tournants, être une ville moderne à l’avant-garde, une ville du 21eme siècle. Même si certain jouent sur les peurs, je n’ai pas d’inquiétude pour son avenir et sa capacité à relever les défis du futur.

Sur la question du territoire, la proposition du préfet qui vient de nous être présentée comporte des avantages notamment en matière de proximité, elle est aussi conforme aux 5 critères retenus par l’Etat. Toutefois les élus socialistes resteront cohérents avec l’option construite avec le reste de la majorité d’un territoire à 15 pour les raisons évoquées dans la délibération.

 

Par conséquent, nous voterons contre la proposition du préfet et voterons pour la proposition du territoire à 15.

 

 

 

   
© PSNanterre