Débats Publics

Mardi 19 mai, la section socialiste de Nanterre organisait un débat public sur la santé et la loi Bachelot, appelée HPST "Hopital, Patients, Santé et Territoires". A cette occasion nous avions invité Patrick Pelloux, médecin urgentiste très réputé depuis la canicule de 2003 et président de l'association des médecins urgentistes de France.

Le public avait répondu plutôt nombreux à cette  invitation. Il était venu s'informer sur les enjeux importants de cette loi.

Car ne nous leurrons pas, la loi HPST remet en cause le caractère universel et solidaire de notre système de santé. L’hôpital public va devenir un" hôpital- entreprise" dont le seul objectif sera le profit. Les missions de services publiques octroyées au cliniques privées aboutiront forcément à la suppression de services publics jugés non rentables.  Les difficultés d’accès aux soins vont donc augmenter. Nous pouvons être inquiets.

Laurent El Ghozy, élu nanterrien de longue date et chirurgien au CHU de Nanterre nous dévoile les principaux aspects de la loi.

Fatna Chouaikh, maire adjointe à la santé et aux politiques de préventions aborde les missions locales de santé dispensées dans notre ville depuis de nombreuses années. Elle fait le lien sur le manque de cohésion entre les nouvelles dispositions qui ont été prises et l'absence de concertation avec les élus locaux.

Patrick Pelloux qui est immergé dans le milieu hospitalier depuis de nombreuses années et vit les difficultés au quotidien a jugé très sévèrement cette loi. A sa demande les extraits vidéos ne seront pas diffusés. Nous le regrettons mais nous respectons sa décision.

Au terme de ces interventions, un débat très intéressant a eu lieu avec le public. Jacqueline Fraysse député et médecin de profession est intervenue dans le débat.  Nous la remercions de sa présence comme nous remercions tout le public  . Merci à tous pour votre participation.

Laurent El Ghozi a été Maire Adjoint, il a été chef du service des urgences au CHU de Nanterre, il est à la commission nationale de la santé, délégué férédal du PS chargé de la santé et président de l'Association « Elus, Santé Publique et Territoires » association qui promeut la territorialisation des politiques locales de santé.


Extraits :

"La santé n'est est pas une dépense mais un investissement pour notre pays : elle créée un lien et une cohésion sociale, elle est utile pour notre économie , la France est intéressante pour les investisseurs étrangers car les gens sont biens éduquées et en bonne santé".

"La loi HSPT a pour but de réduire les dépenses de santé. C'est une réforme profonde de notre système de santé. C'est aussi une réforme de la gouvernance.

"L'idéologie de cette loi en  fil rouge c'est l'autorité avec :
- Un directoire resserré de 5 personnes
- Un conseil d'administration qui devient un conseil de surveillance sans aucun pouvoirs.
Une commission médicale de l'établissement qui est dépourvue de tout pourvoir".

"On aura donc un patron dans un hôpital destiné à faire des résultats comme une entreprise privée".
Ces directeurs d'entreprises seront nommés par les directeurs des ARS .

"Les ARS réuniront sous une même autorité les services de l'etat, les services de l'assurance maladie. Elles piloteront l'hôpital, la médecine libérale, le médico-social". "On retrouve le même schéma autoritaire que dans l'hôpital avec un un directeur régional nommé par un ministre, éventuellement hors fonction publique et avec une obligation de résultats sans le cadre d'un objectif d'objectifs et de moyens.

 

   
© PSNanterre