Paroles de Militants

L'affaire fait grand bruit depuis que le journal Libération a rapporté il y a quelques jours  l'affaire de ce salarié de TF1, responsable du pôle innovation web, licencié pour ses convictions, après avoir contesté la loi Hadopi dans un courriel adressé à titre privé à sa député Françoise de Panafieu.

Décidément, ce projet de loi qui pose de nombreux problèmes au gouvernement et à sa majorité à fait sa première victime.
Jérôme Bourreau-Guggenheim , avait écrit il y a quelques semaines à sa député, comme le font habituellement de nombreux citoyens, pour exprimer ses positions et son opposition sur la loi Hadopi.

On connait maintenant la suite scandaleuse qui a été donnée à ce courrier : apparemment la député a transféré ce courriel au ministère de la culture car le contenu était "interessant et argumenté". Puis le ministère (qui donc et le saura t-on un jour ?)  le transfert à la direction de TF1. Conséquence  : la décision de la chaine privée est sans appel : "licenciement pour divergence forte avec la stratégie de l'entreprise".

Même si ce n'est pas une surprise, à quel moment l'entreprise a t'elle rendue publique sa position ?

Notre ville est l’objet depuis quelques semaines d’une publicité dont les Nanterriens ne pourront tirer aucune fierté collective.

La cause : la politique judiciaire et pénitentiaire du gouvernement actuel.

D’un côté, les mouvements des personnels de la prison de Nanterre ; de l’autre l’attitude très conciliante de Philippe COURROYE, procureur de Nanterre, qui a une façon bien à lui d’instruire les affaires des Hauts-de-Seine.

Le point commun de ces deux sujets ? La conduite peu scrupuleuse de la politique judiciaire du Président de la République.

   
© PSNanterre